Accueil>Ingolstadt actualités

Ingolstadt actualités

/////

#Bienvenue à Grasse

- Septembre 2017

La Fête de la Bière 2017, vient de s'achever, retrouvez photos, articles de presse, vidéos sur la page : http://www.grasse.fr/fete_de_la_biere_a_grasse.html

Grasse / Ingolstadt = Robertet / Audi

Un accord a été signé entre les 2 groupes économiques. Comme l'a expliqué le Maire d’Ingolstadt, Albert WITTMANN, depuis peu, les climatisations installées dans les nouvelles Audi A8 sont parfumées aux senteurs grassoises.

Article paru dans la presse allemande, consulter le Donaukurier (juillet 2017).

Traduction du texte :
Le parfum de la limousine de luxe
Sur demande, la nouvelle AUDI A8 propose un système de vaporisation de parfum. Les parfums utilisés ont été créés par les experts de Grasse, la capitale du parfum. Nous avons rendu visite aux "nez“, comme on les appelle, sur leur lieu de travail.
Légende chapeau : Le parfum d’hiver pour la A8 a été composé par Serge de Oliveira (à gauche). La photo à droite montre les pétales de roses odorantes avant qu’on les distille pour obtenir l’absolue.
 
Lorsque le camion arrive, il faut faire vite, car il a un chargement précieux à son bord : une tonne de pétales de roses. C’est la dernière livraison de cet été, la saison des roses est terminée. Les travailleurs déchargent rapidement les sacs, puis ils les pèsent. Ensuite, ils versent leur contenu parfumé dans d’immenses cuves en métal prévues pour la distillation. Il en sort un litre de ce qu’on appelle « l’absolue » - un liquide parfumé hautement concentré d’une valeur de 30.000 €. Ce n’est qu’un seul des nombreux parfums naturels que l’entreprise Robertet produit ici dans la ville française de Grasse ou elle crée également des parfums. C’est pourquoi Audi s’est tournée vers les experts grassois pour la production de ses deux parfums pour l’A8.
Ici à Grasse, dans la « capitale mondiale du parfum », on donne à ces créateurs de parfum le nom de « nez ». C’est un métier qui présuppose un odorat extraordinaire. Il n’y a pas beaucoup de personnes capables de distinguer avec leur seul nez des milliers de matières premières. Mais c’est la condition pour combiner des substances parfumées qui ont, pour certains, aussi une odeur bizarre, afin de faire naître un parfum qui sente bon. Ce n’est que lorsque la note de tête, la note de cœur et la note de fond sont en parfaite harmonie, qu’on est en présence d’un produit qui aura du succès. Les meilleurs « nez » gagnent autant que des chefs d’entreprise, disent les initiés.
Le système de vaporisation de parfum sera une option payante dans la nouvelle AUDI A8 qui a été présentée le 11 juillet à Barcelone lors de l’« Audi Summit ». Il faut avouer que cette idée n’est pas toute nouvelle. Depuis quelques années, la Mercedes Classe S a un tel système à son bord. Et même dans les BMW série 7, on peut se laisser « embaumer » par différents parfums après une simple pression sur un bouton.
La complexité de la création d’un parfum se révèle lorsqu’on parle à Leslie Girard. La jeune femme de 32 ans avec sa coupe de cheveux au carré est à l’origine du parfum d’été de la A8 « Acqua Summer ». Madame Girard aime donner une note méditerranéenne à ses parfums, et celui de la A8 ne déroge pas à cette règle. La voiture devait sentir l’été et la mer. Pour le parfum d’Audi, elle s’est laissée inspirer également d’un séjour de deux ans qu’elle a fait en Chine. « Les Chinois préfèrent des notes légères et florales », dit Madame Girard. Peut-être que son parfum aidera le constructeur automobile à gagner de nouveaux acheteurs dans le Royaume du Milieu !
L’employeur de Madame Girard est l’entreprise Robertet, un producteur d’huiles de parfum essentielles qui s’est spécialisé dans les matières odorantes naturelles et qui compose aussi des parfums. L’entreprise a 1800 employés dans le monde entier, et avec ses 800 collaborateurs, c’est l’employeur le plus important de la ville de Grasse qui compte 50 000 habitants. L’année dernière, Robertet a atteint un chiffre d’affaire de presque un demi milliard d’euros.
C’est Serge de Oliveira qui a été responsable du parfum d’hiver « Cool Blue ». Son parfum est marqué par une note de pins. Le parfumeur de 34 ans travaille également chez Robertet et a appris son métier entre autres auprès d’un des superstars de la scène du parfum : Michel Almairac. Dès l’âge de 12 ans, Serge de Oliveira a eu le désir de devenir parfumeur. L’alternative aurait été un travail dans l’industrie automobile. Mais comme on a détecté chez Serge de Oliveira un talent de « nez » extraordinaire, il a réalisé son premier projet. Il a apprécié d’autant plus de pouvoir réaliser un parfum pour une automobile. « Là, j’ai pu réunir mes deux centres d’intérêt », dit-il.
En plus de son lieu de production traditionnel – où on distille par exemple les pétales de roses – Robertet exploite à Grasse une autre fabrique moderne, hautement automatisée, avec des laboratoires hightech et des robots. Une odeur lourde, florale emplit l’air de ces salles. Dès qu’on fait quelques pas, l’odeur change. Seule l’intensité reste toujours la même. 7500 matières premières différentes sont stockées ici dans des entrepôts à rayonnages. Des centaines de fûts en métal et de bidons en plastique y sont proprement rangés. Tous sont reliés par des tuyaux pour former un système de conduite. A l’aide d’air comprimé, l’ordinateur peut aspirer les liquides et, à un étage inférieur, les mixer dans des seaux en métal. Certains mélanges sont encore mixés à la main.
Naturellement, les ingénieurs d’Audi veulent améliorer la vaporisation de parfums par rapport à leurs concurrents. C’est pourquoi les cartouches de parfum de l'A8 ne sont pas installées dans la boîte à gants afin de préserver tout son espace, comme l’explique Karsten Belz, l’ingénieur responsable du « Air Quality Pack ». L’unité de vaporisation de parfum est placée à gauche de la colonne de direction – elle est donc invisible pour le client.
L’intensité de la vaporisation des parfums se fait sur quatre niveaux. Les conteneurs du parfum ne peuvent être remplacés que par un atelier spécialisé. Tous les deux ans, les parfums doivent être renouvelés lors d’un service d’entretien normal. C’est la durée prévue pour le liquide odorant. Belz nous donne un exemple de calcul : Si on fait tourner la vaporisation à son plus haut niveau pendant 50 heures, on utilise à peine un pourcent du liquide.
Pour le système de vaporisation de parfum, Audi s’attend à une demande d’environ 50%. Dans un avenir proche, il est probable que cette technique soit employée également dans de plus petites séries.
Pour des trajets prolongés, Belz conseille de limiter la diffusion de parfum au maximum au niveau 1 ou 2. Lorsqu’on coupe le moteur, le ventilateur continue encore à tourner pendant deux minutes. C’est une sorte de « rinçage », explique-t-il, car le but, ce n’est pas de parfumer la voiture. »

Article paru sur le site Internet de Audi (en anglais), consulter le site

- Juin 2017

Dans le cadre du jumelage avec notre Ville et d´un échange linguistique, je suis très heureux d´accueillir Stefanie SAALBECK, qui occupe à Ingolstadt un poste de secrétaire auprès d´Albert WITTMANN, 2ème Maire au sein de la Municipalité.
L´occasion pour Stefanie de conforter la maîtrise du Français, de découvrir notre ville et la région.
Stefanie repartira la tête pleine de souvenirs et nous l´espérons l´envie de revenir en famille.
Merci à Alain SPAGARELLI Directeur Général Adjoint de la Citoyenneté, des relations commerciales et internationales et Khadija GRAOUDI en charge des Relations Internationales pour l´accompagnement de notre hôte allemande à Grasse.

 

- Septembre 2016

- Eté 2016

Accueil à Grasse de deux jeunes stagiaires originaires d’Ingolstadt. Kristina SCMIDT (23 ans) et Julia WILLNER (18 ans) sont venues parfaire leur français et apporter leurs compétences à la ville. Julia a assuré l’accueil en mairie pendant un mois tandis que Kristina a passé trois mois à l’Office du Tourisme dans le cadre de ses études d’économie. Nous nous réjouissons de tels échanges entre nos deux villes jumelles.

 

 

- 18-03-2016

Dans le cadre de la semaine internationale de l'Institut Fénelon, une déléguation d'élèves du Christoph Scheiner gymnasium d'Ingolstadt s'est rendue à Grasse du 12 au 19 mars 2016.

- 07/03-2016

Accueil par Monsieur le Maire à la Villa Fragonard de 16 collégiens de l’école Fronhofer Realschule d’Ingolstadt.
Dans le cadre du jumelage avec notre Ville et d’un échange scolaire organisé par le Collège Saint-Hilaire, nos jeunes grassois ont pu découvrir Ingolstadt du 30 janvier au 5 février 2016.
A leur tour les élèves Allemands découvrent notre ville et la région du 5 au 12 mars.
Ils repartiront la tête pleine de souvenirs et nous l’espérons l’envie de revenir en famille.

- 23/09-2015

Du 1er au 4 octobre, pour fêter plus d'un demi-siècle de jumelage et d'amitié entre les deux villes, les brasseurs d’Ingolstadt s’installent sur le Cours Honoré Cresp et proposent leurs spécialités bavaroises.

Consultez l'article du Kiosque d'octobre "52 ans de jumelage ça se fête !"

 

 

- 25/08/2015

Rencontre de Jérôme Viaud et Carine Nguegnia, habitante d'Ingolstadt. Ingénieur de conception en électrotechnique et technique de la communication, sortie de l'Université de Darmstadt en Allemagne, Madame Nguegnia a pu effectuer un stage de 4 semaines à l'Office de Tourisme de la ville.

 

- 20/04/2015

Dans le cadre du jumelage entre Grasse et Ingolstadt, Monsieur le Maire Jérôme Viaud a le plaisir d'accueillir la jeune Hanna LANG, étudiante à l'Université de Sciences Appliquées, participant au projet "Program Trainee" de la Municipalité d'Ingolstadt.

 

/////

/////

#Visites à Ingolstadt

- Ingolstädter Herzogsfest 2014
(La « fête du duc » d’Ingolstadt) du 25 au 28 juillet 2014

 

/////